BREXIT

Une suite inattendue du référendum sur le Brexit

Tous les voyants sont encore favorable pour nous dire que les taux extrêmement bas que nous connaissions restent d’actualité pour la fin de l’année 2016. Pour expliquer cette tendance il existe plusieurs raisons qui sont principalement liées à la politique monétaire des banques centrales, aux offres proposées par les établissements financiers locaux, mais aussi indirectement aux résultats du référendum britannique de juin dernier sur le Brexit.

La courbe des taux monétaires

Ainsi c’est bien la politique de relance pratiquée par les banques centrales qui entretient la baisse des taux. L’Agence France Trésor, qui gère la dette de la France a émis des titres sur 10 ans, le 4 janvier 2017 au taux de 0.8130 %, en forte hausse depuis le record du 29 juillet dernier à 0.101 %. Le taux de l’OAT (Obligations Assimilables au Trésor, source Banque de France) sert en grande partie de référence pour définir le taux des prêts immobiliers, même si ce n’est pas le seul indicateur. Cette politique qui devrait durer jusqu’à l’année prochaine reste indispensable pour éviter une croissance nulle voir négative en Europe, ce qui serait le scénario le plus redouté par les économistes.

Les taux immobiliers réels

C’est pourquoi les barèmes de taux pratiqués par les différents établissements de crédits de la place, ont conservé une tendance à la baisse depuis plusieurs mois, avec une stabilité marquée au mois d’août et une nouvelle baisse en septembre, ce qui se traduit par des taux qui vont sur des durées de 15 à 20 ans, de 1.35 à 1.85 % selon les revenus et l’apport. La tendance semble se poursuivre pour le mois de novembre. Ces offres de financement qui permettent d’emprunter 22 % de plus depuis janvier 2012 avec une mensualité équivalente, restent plus que jamais utiles pour permettre l’acquisition de biens immobiliers dans un marché qui connait un équilibre fragile entre vendeurs et acheteurs.

Des liquidités disponibles sur les marchés

Avec les politiques monétaires accommodantes des banques centrales qui distribuent des liquidités pour soutenir les investissements, des capitaux importants sont disponibles. Suite au Brexit la Banque d’Angleterre a pour la première fois depuis 2009 abaissé son taux de financement pour le descendre à 0.25 %. Si cette décision a été prise c’est bien dans le but de soutenir la distribution de crédits immobiliers par les banques britanniques, dont les cotations boursières ont été les plus fortement impactées par les résultats du référendum.

Un contexte toujours favorable pour réaliser un emprunt en 2017

C’est encore le moment en ce début d’année grâce à des taux encore très faibles, avec un environnement globalement favorable, et en prime des prix stables sur le marché immobilier local, pour  permettre aux particuliers souhaitant acheter leur résidence principale, ou aux investisseurs locatifs, de concrétiser leur projet dans les meilleures conditions malgré  l’augmentation du taux des crédits immobiliers début 2017 dans plusieurs établissements.

 

 

Enregistrer

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.